Saemss-cusems.com- Syndicat autonome des enseignants du moyen secondaire du Sénégal

DECLARATION DE RENTREE 2017-2018

Envoyer Imprimer PDF

DECLARATION DE RENTREE 2017-2018

Le bilan de l’année scolaire 2016-2017 peut se résumer en trois points saillants :

 

 

-         le déroulement des enseignements et apprentissages dans  un espace scolaire apaisé après plus d’une décennie de perturbations cycliques du fait du non-respect des engagements signés par le gouvernement du Sénégal, malgré plusieurs rééchelonnements,

-         le faible niveau d’exécution des accords signés entre le gouvernement et les syndicats d’enseignants, malgré toutes les garanties données par l’administration,

-         et les faibles taux de réussite obtenus aux différents examens de fin d’année : 31% au Bac, 56 % au BFEM et 45 % au CFEE.

Une analyse approfondie de cette situation, permet de constater que contrairement à « l’école de la réussite » préconisée par les Assises Nationales de l’Education et de la Formation de 2014, nous sommes encore dans le contexte de « l’école de l’échec ». En effet le secteur de l’Education et de la Formation du Sénégal qui engloutit plus du tiers des ressources internes du budget national peine encore à transformer ces intrants énormes en résultats. Et cela nous renvoie à la fameuse déclaration du Ministre de l’Education Serigne Mbaye Thiam lors des ANEF selon laquelle

« la qualité dans le secteur de l’Education ne sera au rendez-vous qu’en 2028». Ce bilan renseigne suffisamment sur le manque de volonté du gouvernement d’ériger le secteur de l’Education en axe prioritaire pour l’émergence malgré tous les vœux pieux annoncés orbi urbi.

L’évaluation de la mise en en œuvre des engagements montre à suffisance que le gouvernement n’a pas su mettre à profit l’apaisement noté dans le secteur de l’éducation pour s’acquitter de tous ses engagements et matérialiser les accords signés avec les syndicats afin de s’inscrire dans une perspective de consolidation de l’accalmie.

L’état d’exécution des engagements peut se résumer comme suit :

-         la persistance des lenteurs administratives et la reconstitution des stocks malgré le lancement du Fichier Unifié des Données du Personnel de l’Etat,

-         le statuquo total en ce qui concerne la mise en œuvre des accords et offres de formation pour l’amélioration du plan de carrière des enseignants (décret sur les passerelles professionnelles signé mais non encore appliqué, application partielle des offres de formation destinées aux titulaires de diplômes spéciaux, aucune avancée par rapport à la création du corps des administrateurs scolaires et c…),

-         l’absence de mesures correctives pour remédier au caractère inéquitable du système de rémunération de la fonction publique, conformément aux TDR de l’étude commanditée par l’Etat du Sénégal,

-         l’absence de négociations entre gouvernement syndicats en ce qui concerne l’augmentation de l’indemnité de logement des enseignants, contrairement aux engagements souscrits le 30 avril 2015.

Constatant ces différents manquements qui furent confirmés lors des assisses de Saly de 2017 (la 2e Edition des Concertations Partenariales annuelles du MEN et la Session de pré-rentrée du HCDS tenues en septembre 2017), le SAEMSS exige du gouvernement l’apurement du passif social dans le secteur de l’Education, ce qui constitue le seul gage de stabilité du système éducatif.

Fort de la confiance des enseignants du Sénégal, le SAEMSS réitère son dévouement et son engagement à lutter pour la revalorisation de la fonction enseignante et pour une école de qualité, moteur de l’émergence. Il compte ainsi user de tous les voies et moyens légaux pour la réalisation des attentes des enseignants du Sénégal et de la communauté éducative.

Fait à Dakar, le 16 Octobre 2017.

Le Bureau Exécutif National du SAEMSS.

Commentaires (1)
1Mercredi, 21 Février 2018 22:20
Boubacar MANE


On tient le bon bout. Vive la grève!!!