TEXTE LIMINAIRE DE LA CONFERENCE DE PRESSE

Imprimer

Chers journalistes, Chers camarades,

Le Grand Cadre et le CUSEMS vous ont convié à la conférence de presse de cet après-midi pour apporter des clarifications

suite à la sortie du Ministre de l’éducation nationale après le conseil des ministres du mercredi 25 mai 2016.

 

Abordant la question de l’éducation lors de cette rencontre, le gouvernement a décidé d’engager un bras de fer contre le Grand Cadre et le CUSEMS en envisageant d’introduire une procédure de réquisition contre les enseignants. Et cela pour exiger de ces derniers la restitution des notes, la reprise des enseignements et apprentissages et la correction des examens de fin d’année.

Il est malheureux de constater que ce cadre d’échanges et de prise de décision pour la résolution des problèmes sectoriels des sénégalais a plutôt servi de base pour la formulation de mesures coercitives à l’endroit d’honnêtes citoyens dont le tort est de lutter pour l’avènement d’une école de qualité. Une lecture correcte de cette décision grave montre plusieurs facettes que le gouvernement a eu du mal à dissimuler depuis le début de cette crise. Elle révèle d’une part une incapacité manifeste du gouvernement à respecter ses engagements vis-à-vis des syndicats d’enseignants. Les autorités ont ainsi cherché à inhiber cette carence en optant successivement de faire dans la désinformation, le pourrissement, l’intimidation et la menace.

Aujourd’hui, après avoir échoué dans la mise en œuvre de toutes leurs stratégies face à des enseignants dévoués qui luttent pour la survie del’école, ils ont finalement décidé de recourir à la force aveugle violant ainsi les droits des enseignants. Plus qu’un aveu d’échec, cette décision représente par ailleurs une violation systématique des lois et règlements en vigueur dans notre pays. Car contrairement aux propos du ministre de l’éducation nationale, nous tenons à préciser que l’ensemble des dispositions prévues par l’article 7 de la loi 61-33 par rapport au droit de grève, ont été respectées par les syndicats. Ce qui leur confère le droit de lancer des plans d’action et de décréter des mots d’ordre. Et que par ailleurs la rétention des notes est une forme de lutte tout à fait légale et il n’y aucune disposition légale qui l’interdit

Le fait de contraindre les enseignants à revenir sur des mots d’ordre légalement décrétés, en convoquant l’article 276 de la loi 97 -17, constitue une négation du droit de grève consacré par la constitution et les conventions internationales ratifiées par notre pays.

Le Grand Cadre et le CUSEMS fustigent cette dérive et rappellent que l’école c’est le temple du savoir. Cette forfaiture ne fera que détériorer davantage le climat social, rendant ainsi plus hypothétique la recherche de solution.

Face à ce déni de justice, le Grand Cadre et le CUSEMS se réservent le droit d’ester l’Etat du Sénégal en justice, conformément aux dispositions de l’article 7 de la loi 61-33.

Le Grand Cadre et le CUSEMS invitent les enseignants à rester sereins, à renforcer la mobilisation et à continuer à observer scrupuleusement les plans d’action pour la matérialisation des engagements.

Vive la lutte.

Commentaires (9)
9Vendredi, 03 Juin 2016 16:55
Engagè
Chers leaders,
nous sommes en fin de semaine. Nous savoir ce qu on va faire la semaine prochaine. Unis derriere vous et avec vous,nous vaincrons!!!
8Vendredi, 03 Juin 2016 00:21
IBRAHIMA DIOP
Le vin est tiré, il faut le boire. Il n'est pas question de lever le mot d'ordre tout ou rien. mais surtout il faut communiquer et expliquer le peuple. Ne pas exclure de rendre visite à tous les chefs religieux, et à tous les leaders politiques et de la société civile. Il faut gagner la bataille médiatique, en tant que communicateurs naturels l'état ne doit pas gagner sur ce terrain qui est maintenant son unique arme. VIVE LA LUTTE VIVE LA MOBILISATION, VIVE L'UNION DES ENSEIGNANTS. ON NOUS MENACE MAIS ON NE NOUS HUMILIE PAS.
7Mercredi, 01 Juin 2016 13:40
MOMO
kim jong un sall vos intimidations ne marchera pas nous somme les dignes petits fils de cheikhe ahmadou bamba,les femmes de nder, alioune sitoe diatta, reppellez vous de NIANI BAGN NA
6Mercredi, 01 Juin 2016 10:53
SONKO
Face aux intimidations injustes, point de recul pour tout homme DIGNE.
Qu'ils ponctionnent le salaire entier, cela ne nous fera jamais reculer.
Nous avons vêcu avant d'être salarié, et nous continuerons à vivre sans salaire (misérable salaire). Allons jusqu'au bout voire au delà, pour le respect total des engagements pris.
Le Sénégal ne peut jamais se développer tant que l'enseignant n'est pas respecté et revalorisé. C'est nous enseignants qui rendons le nul intelligent, l'innocent savant, l'inconscient conscient, l'incivique civique. Nous humanisons le monde, nous affectons le destin de l'humanité par nos efforts professionnels, nous instruisons et EDUQUONS le futur PRESIDENT, le futur ministre, le futur DG, le futur medecin, le futur banquier, le futur leader, le futur paysan, le futur eleveur etc etc etc. Et nous enseignant, QUI NOUS FORME????? - C'EST NOUS-MEMES.
PERSONNE NE FORME L'ENSEIGNANT!!!! Alors chers compatriotes, reconnaissez ne serait ce que cela. RESPECTEZ NOUS, C'EST GRÂCE À NOUS ENSEIGNANTS VOUS ÊTES DEVENUS CE QUE VOUS ÊTES AUJOURD'HUI: le salaire que vous avez, les privillèges dont vous bénéficiez aujourdhui, le status que vous occupez.....pour ne citer que cela.
Tout cela c'est GRÂCE AUX ENSEIGNANTS. PERSONNE N'EST PLUS PATRIOTE QU'UN ENSEIGNANT DANS CE PAYS. NOUS RÉCLAMONS NOS DROITS ET NOUS CONTINUERONS À LES RECLAMER JUSQU'À SATISFACTION TOTALE: ET CELA ADVIENT QUE POURRA. TOUT CE QUE NOUS VOULONS, C'EST QUE L'ENSEIGNANT SOIT CONSIDÉRÉ, RESPECTÉ, MIS AU MOINS DANS DE BONNES CONDITIONS POUR QU'IL PUISSE FAIRE SON TRAVAIL NORMALEMENT.
Nous voulons être intégré,nous voulons avancer car qui n'avance pas recule,nous voulons que cette stigmatisation dont nous sommes l'objet cesse,nous réclamons nos rappels sans délai, nous réclamons le respect dédié à notre rang......En somme le respect des engagements !!!!
VIVES LES ENSEIGNANTS
VIVE L'EDUCATION DE QUALITÉ
VIVE LE SENEGAL

PATRIOTIQUEMENT!!!
5Samedi, 28 Mai 2016 23:11
mbaye sene
L'enseignant est à la république ce que le marteau est au forgeron. si Monsieur le Président de la république met les enseignants en prison par ce qu'il veut que les élèves reçoivent leurs bulletins qu'il sache que ces mêmes élèves marcherons pour demander parce qu'ils leur manquent des professeurs. Nous les enseignants nous devons accepter de tomber les armes en main pour ce à quoi nous croyons.
Nous enseignants refusons cet adage qui veut que les gens intelligents ne sont pas courageux et que les gens trop courageux ne sont pas intelligents. Soyons ET INTELLIGENTS ET COURAGE . VIVE LA LUTTE quelqu'un a dit que LA GUERRE EST PARFOIS PLUS IMPORTANT QUE L'AMOUR DU PROCHAIN.
Mercredi, 22 Juin 2016 12:38
Amath sy, Prof Lettres/ Anglais CEM Mahawa Sémou DIOUf Kaolack Commune
Serigne Mbaye Thiam
SERIGNE
Serigne si sunugaal dou dokhalé ni gay dokhalé,
Euleuk dou agn dou rèr wayé lou mata sédeuleu,
Rethiou dou wès, toubal gnou ligagnouye toumal
Ibliss moy mour kholoub bour dakh rèrmandém
Guemal né gnoune janglékat yi dagno guem Sunugaal, sounou réw
Négay dagnon beug khalis yaw dé beugo ko si lima rakar
Enseignant mo goré té diambar téy doundé gnakham takh gaa tog figaa toog tey
MBAYE
MBAYE D.E, Mbaye mise en demeure, Mbaye requisition,Mbaye radiation
Bayil sougnou akh ak yélèf yigaay salfagné
Ay way Serigne bilé! jokh gnou sounou guedeu, dagnon am jabot ni yaw,
Yaw ya réri soley jang sim réw!
Eh ! mané galga gui wadia soukh, Sénégal wax lén si li heu pena torop
THIAM
Thiam ! Amoul rewmou saagané yaar ak janglé té am kom-kom;
Ha! Yén wa rewmi ana gnifi togal deguee, xép guèn khal si mbop
Indilèn safara si moussibaa mi ; lii heu peu torop
Amoul pénchi mou sagané diangoum khaléyi, té am diam
MBaye ! man Sy dé guissou mako fén si adounabi.
Jeudi, 30 Juin 2016 14:36
xadim bamba
cest un ministre tout simplement incompétent.La violenece quelle que soit sa nature est de type à masquer les insuffisances de ceux qui la genère.
Jeudi, 30 Juin 2016 14:38
bamab
C'est un ministre tout simplement incompétent.La violence quelle que soit sa nature est de type à masquer les insuffisances de ceux qui la génèrent.
4Samedi, 28 Mai 2016 16:57
rijkaard
on est plus que jamais engagé, décidé et dévoué derrière les responsables syndiacaux du GRAND CADRE(SEL/O, SAEMSS-CUSEMS) et CUSEMS. On est pret qu'on nous enterre avec vous!
3Samedi, 28 Mai 2016 16:56
damga
Bonjour Chers camarades, que la lutte continue, Serigne Mbaye Thiam, Président Sall et son conseiller officieux (Kalidou Diallo, fais un effort au moins de faire ta thèse d'Etat sans la protection de ton mentor, croient que les enseignants exercent un métier qui n'est régi par aucune norme juridique. Et ils se rendent compte (les deux premiers) qu'avec les bulletins des RG qu'il y a un risque d'émeutes si jamais la situation perdure. S'ils persistent, il faudra juste saboter le bac, tant pis pour le pays
2Samedi, 28 Mai 2016 13:08
cheikh
ceci est une question d honeur, si on cede on aurait jamais le tranquilite. il faut que chacun prenne sa responsabilite et de dire maintenant ou jamais. L histoire retiendra si on continue et on obtient gain de cause. On est pret pour le meilleur et pour le pire
Samedi, 28 Mai 2016 16:48
rijkaard
Bien dit camarade, l'heure est à la mobilisation et à l'engagement, et rien d'autre.Soyons prets pour un combat apre, "unis nous vaincrons!"
1Samedi, 28 Mai 2016 12:34
diadieuf
VIVE LA LUTTE............................................................................................................................
Mercredi, 01 Juin 2016 18:06
mayor
J'avais raison que je disais que nos représentants syndicaux ne devaient aller chez Macky il a profité pour gagner du temps pour son référendum. Et maintenant il nos affame.
Jeudi, 02 Juin 2016 10:53
Proud to be a teacher
La lutte continue chers collègues, united we stand because justice too long delayed is justice denied. A bas les traitres et laches de la République a commencer par notre marionnette de prési et sa suite
Mis à jour ( Vendredi, 27 Mai 2016 15:12 )